33 (0)1 49 60 40 66

Myriam REVAULT D’ALLONNES

Professeur EPHE

 

 

Thèmes de recherche 

 

  • Philosophie morale et politique.
  • Philosophie politique contemporaine.
  • Philosophie du droit.
  • Mal, terreur, problèmes de la démocratie contemporaine.
  • Modernité. Phénoménologie et politique (Hannah Arendt, Léo Strauss, Merleau-Ponty, Ricoeur, Claude Lefort).
  • Affectivité et politique : la question des passions politiques

 

Myriam Revault d’Allonnes Philosophe. Professeur des Universités à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE).

Directrice de la collection de philosophie pour enfants « Chouette ! Penser » aux éditions Gallimard. Ancienne directrice de programme au Collège International de Philosophie. Elle collabore régulièrement à la revue Esprit.

Elle a été récemment membre de la commission du Livre blanc sur la politique étrangère et européenne de la France. Spécialiste de philosophie éthique et politique, elle a notamment travaillé sur la Terreur de la Révolution française, sur le « mal du politique » et le « caractère intraitable » des passions dont est faite l’assise originaire du lien social.

C’est à la lumière de cette perspective qu’elle a abordé des questions contemporaines relatives à la philosophie morale et politique et en particulier celle des ressources que l’institution démocratique du lien social peut opposer à l’érosion du politique moderne.

Elle s’est également penchée sur la réinterprétation de la notion de « banalité du mal » et sur le « sens de l’humain » entendu comme capacité d’échanger des expériences, capacité dont l’expérience concentrationnaire nous a notamment donné à voir la défection la plus radicale.

Elle a beaucoup travaillé autour de la pensée de Hannah Arendt et poursuivi, autour de la question du politique, des recherches proches, dans leur inspiration et leur perspective, de celles de Merleau-Ponty, de Claude Lefort, de Paul Ricoeur et également de Castoriadis.

Elle s’est notamment interrogée sur le caractère problématique de l’autorité dans les sociétés modernes auto-instituées et sur les remaniements conceptuels auxquels doivent être soumis les concepts et les expériences contemporaines. Elle a publié sur ce thème Le pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité, Seuil, 2006.

Elle a également poursuivi ses recherches sur les affects politiques et a publié au Seuil en 2008 L’homme compassionnel puis en février 2010 un ouvrage consacré à la question des dispositions subjectives que nous entretenons à l’égard du mode d’existence démocratique, intitulé Pourquoi nous n’aimons pas la démocratie.

Elle prépare actuellement un livre sur l’idée de « crise » (sa généalogie et ses usages dans la modernité, à paraître également aux éditions du Seuil)

 

 

Principaux ouvrages

 

  • D’une mort à l’autre. Précipices de la révolution, Seuil, 1989
  • La persévérance des égarés, Christian Bourgois, 1991
  • Ce que l’homme fait à l’homme. Essai sur le mal politique, Seuil, 1995. Réédition Champs-Flammarion, 1999
  • Le dépérissement de la politique. Généalogie d’un lieu commun, Aubier-Flammarion, 1999. Réédition Champs-Flammarion 2001
  • Merleau-Ponty. La chair du politique, éditions Michalon, 2001
  • Fragile humanité, éditions Aubier-Flammarion, 2002
  • Doit-on moraliser la politique ? Bayard, “ Le temps d’une question ”, 2002 -Co-direction avec François Azouvi du Cahier de l’Herne consacré à Paul Ricoeur (février 2004).
  • Le pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité, Seuil, janvier 2006 (à paraître en Points-Essais en janvier 2012)
  • L’homme compassionnel, Seuil, 2008 – Pourquoi nous n’aimons pas la démocratie, Seuil, 2010

 

 

Traductions

 

  • Juger. Sur la philosophie politique de Kant. Traduction annotée, suivie d’un essai interprétatif « Le courage de juger », des Lectures on Kant’s Political Philosophy de Hannah Arendt, Seuil, Paris, 1991
  • L’idéologie et l’utopie. Traduction, précédée d’un avant propos, de l’édition française des Lectures on Ideology and Utopia de Paul Ricoeur, Seuil, 1997