33 (0)1 49 60 40 66

Florence Rochefort

Chargée de recherche CNRS

 

Courriel : rochefort.florence(a)gmail.com

 

 

Après une thèse sur l’histoire du féminisme en France sous la IIIe république, en collaboration avec Laurence Klejman, mes travaux se sont orientés vers l’histoire politique des droits des femmes et des féminismes dans un cadre chronologique et géographique plus large et en particulier sur les liens entre genre, religions, laïcité et sécularisation.

J’ai abordé le thématique « égalité des sexes et laïcité en France XIXe-XXe siècles » à travers l’histoire des droits des femmes pour saisir les dynamiques de genre au sein du processus de laïcisation, mettant à jour notamment l’importance d’un « pacte de genre ». La laïcisation est alors abordée à travers les méthodes de l’histoire sociale, politique et culturelle plutôt qu’à travers l’approche juridique, souvent dominante dans ce domaine. Le colloque que j’ai organisé en collaboration avec Michelle Zancarini-Fournel, au GSRL, publié sous le titre Le Pouvoir du genre Laïcités Religions 1905-2005 (Toulouse, PUM, 2007), a été une première tentative pour lancer la thématique du genre dans le champ de l’histoire de la laïcité, d’une part, et, d’autre part, dans un champ pluridisciplinaire concernant les relations entre Genre/Etats/Religions dans diverses aires géographiques. Cette volonté de mettre en lien le passé et les enjeux politiques et féministes du très contemporain d’un point de vue pluridisciplinaire caractérise nombre de mes initiatives de recherche collectives.

Mes recherches portent sur les aspects religieux et laïques de la mobilisation féministe en France XIXe-XXe siècle et sur l’impact de ces différentes approches de genre dans la dynamique d’émancipation des femmes et d’accès au droit. Sont également interrogées les différentes adaptations ou rejets des mondes religieux face à l’interpellation féministe et aux mutations de genre. Pour interroger le processus de sécularisation du point de vue du genre, je m’intéresse également aux conservatismes religieux et notamment aux récentes mobilisations autour du mariage pour tous. Les relations entre féminismes coloniaux et laïcisation/sécularisation/religions sont un de mes nouveaux axes de recherche.

Je poursuis également mes travaux sur l’histoire des femmes, du genre et du féminisme et co-dirige avec Françoise Thébaud la revue CLIO. Femmes Genre Histoire www.clio.revues.org, disponible sur revues.org et cairn et qui dispose désormais d’une version en anglais (cairn international et JSTOR).

Le développement pluridisciplinaire des études de genre  et leur diffusion à un public plus large me semblent indispensables, d’où notamment mon investissement au sein du conseil scientifique du GIS Institut du genre du CNRS www.mshparisnord.fr/gis-inst… et au sein de l’Institut Émilie du Châtelet pour le développement et la diffusion de la recherche sur les femmes, le sexe et el genre (largement soutenue par le Conseil régional d’Ile de France) dont j’ai assumé la présidente de janvier 2011 à janvier 2017. www.institutemilieduchatelet.org. (L’IEC est inséré au sein du DIM Genre Inégalités Discriminations que j’ai co-préside avec Patrick Simon jusqu’à la fin 2017).

Au sein du GSRL, j’anime un axe transversal genre, religions, sécularisation qui entend prolonger le travail de réflexion entamé par le colloque pluridisciplinaire sur « Normes religieuses à l’épreuve des mutations de genre » en mai 2012 publié en collaboration avec Maria Eleonora Sanna chez Armand Colin. Je suis par ailleurs membre élue du conseil de laboratoire depuis mon entrée au CNRS en 2001.

 

Chargée de recherche au CNRS, GSRL (EPHE/CNRS)

Membre du conseil de laboratoire du GSRL (depuis 2001)

Responsable d’un programme transversal Genre Religions Sécularisation au GSRL

Membre du Conseil Scientifique du GIS Institut du Genre (CNRS)

Co-directrice de la revue CLIO Femmes Genre Histoire (Belin) Site Clio@revues.org

Membre du comité d’administration de Mnemosyne association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre

Membre de l’Institut Emilie du Châtelet pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre (présidente de 2011 à  2016).

Co présidente du DIM Genre Inégalités Discriminations (DIM GID)

Présidente du jury du Prix de la Ville de Paris pour les études de genre

Cours sur sociohistoire des féminisme au sein du Master Genre Politique Sexualité de l’EHESS en collaboration avec Michelle Zancarini-Fournel

 

 

Thèmes de recherches

 

– Études de genre sur laïcités, religions et sécularisation.

– Sociohistoire des féminismes et de l’émancipation des femmes.

 

 

Mots clés

 

genre, féminismes, laïcité France, sécularisation, multiculturalisme, postcolonial, intersectionnalité, conservatisme religieux, foulard islamique, égalité des sexes et des sexualités, droits sexuels, avortement, mariage de même sexe, bioéthique.